31 janv. 2018

Transformer plutot que Moderniser #LeckoT10

Lecko présentait et mettait en ligne hier soir son dernier état de l'art de la transformation des organisation, le tome 10 - 10 ans déjà depuis le 1er volet.

Concentrons nous sur 2 des thèmes présents dans ce dense opus que sont les pratiques collaboratives et le degré de maturité des entreprises du CAC 40.

Une évolution des pratiques collaboratives qui reste lente malgré une adoption de certains usages.

Pour ce 10e Tome lecko a interrogé 1009 salariés d'organisations de plus de 5 000 collaborateurs et analysé les données issues de leur outil analytics.
  • 64% des salariés ont un besoin de collaborer dans un spectre limité qui est leur équipe
  • 45% avec ses pairs.
  • 28% ont un besoin de travailler en mobilité
  • 35% ont des besoins de travailler avec l'externe



A ces besoins, les offres technologies répondent aisément et le taux de possession des utilisateurs de smartphone est de 88% (pour les questions liées à la mobilité).

C'est donc dans les usages, dans l'adoption de nouvelles pratiques et des technologies que se trouvent les freins. 

Un des premiers freins vient des solutions collaboratives internes qui sont utilisées par les collaborateurs.




  • Pour 66% des répondants, l’émail reste l'outil de prédilection pour les échanges, mettant en avant un flux d'information basé plus sur des usages désynchronisés que synchronisés, et sur la duplication des contenus.
  • A noter que seuls 18% des participants utilisent les réseaux sociaux internes à l'entreprise et que 17% n'utilise aucune des solutions proposées (ce qui peut correspondre au 17% qui n'ont pas besoin de collaborer). 

Le deuxième frein est que les solutions internes ne répondant pas forcement au besoin ou plutôt répondent mais avec une expérience utilisateur plus faible, les collaborateurs utilisent des outils grands publics pour échanger l'information. Ce sont 67% des personnes interrogées qui utilisent ces solutions alternatives.


C'est ainsi que des solutions tel que Facebook ou Whatsapp s'installent progressivement dans le quotidien des collaborateurs. Ces solutions ont l'avantage d’être facilement accessibles (pas besoin d'un smartphone entreprise), connus pour des usages privés (donc déjà adoptés) et se limitent à un usage mais le font très bien.

Le grand risque lié à ces utilisations d'"Alternative IT", autre que la sécurité bien entendu , est que le "capital social [...] se développe en dehors de l’entreprise, sans qu’elle ne soit partie prenante et sans qu’elle n’en maitrise les règles et l’accès. Pire, elle laisse les plateformes propriétaire de cet actif".




En se concentrant sur l’adoption des RSE et plateformes collaboratives, on se rend compte que celles ci  progressent lentement mais surement :

En moyenne chaque année ces technologies embarquent 15% de collaborateurs en plus.



Cependant, la répartition de l’engagement peut être totalement hétorogène dans une même entreprise.



 
Ceci est du en général au niveau d'accompagnement réalisé mais aussi aux actions dans le temps.
Les résultats présentés montrent et rappellent que plus le niveau d'accompagnement est élévé (dès le début) plus les communautés ont tendance à vivre dans le temps.



L'évolution de ces pratiques se fait dans le temps et le plus grand challenge est bien évidemment le changement de posture des collaborateurs quel que soit le rôle dans l'organisation.

Que l'on soit sur une communauté métier, équipe, projet, des progrès seront toujours possibles mais le goulot d’étrangement viendra toujours du collaborateur ou du manager qui ne participe pas à l'effort collectif.




Des entreprises du CAC 40 avec divers niveaux de maturité.

Le 10e tome révèle aussi un benchmark de maturité des entreprises du CAC 40 en fonction des données publiques disponibles.

Ce benchmark fait ressortir :
  • 4 entreprises matures qui ont des actions de transformation profondes : Axa banque, Orange, Accor Hotels et Schneider Electric 
  • 13 avec des actions de fond 
  • 12 avec des actions de surfaces
  • 11 avec des évolutions technologiques avant tout.


 Les critères de classement et le détail sont disponibles dans l'étude.



Il semble donc qu'aujourd'hui une grande partie des organisations se modernisent (offre de nouvelles technologies, d'applications) et sont sur le chemin de la transformation mais que très peu finalement se transforment réellement (vision globale avec un accent sur les modes de travail, le management).

Pour passer de la modernisation à la transformation, il faudra notamment s'appuyer sur 3 principaux axes :
  • Axe métiers : "Socialisation des processus"
  • Axe transversal : "Décloisonner l'entreprise"
  • Axe équipes : ""Retrouver de l’efficacité"



Notes : Bien sur vous retrouverez dans cette édition l'analyse des solutions existantes avec plus de 60 solutions qu'elles soient purement internes (Office365, Jalios, Jive, G suite,... ) mais aussi des solutions tout public (Trello, Whatsapp,...)
Liste des solutions analysées


Bonne lecture !
Accès au Tome 10 etat de lart de la transformation des organisations

 

26 janv. 2018

5 questions sur le Community Manager (l'animateur de communauté) en 2018


Jeudi soir l' #esnchat traité des Community Managers avec comme thématiques les rôles et missions du CM en 2018.

Sans attendre, voici les questions et les  principaux retours des participants. 




Q1 : Quels sont les missions essentielles en tant que Community Manager ? 
  • Créer un espace ouvert où les personnes ont envie de venir
  • Trouver de l'information
  • Être le cœur et l’âme de sa communauté.
  • Rassembler les gens en fonction des d’intérêts et complémentarité
  • Faire en sorte que la communauté vive même sans lui
  • Construire une communauté d'une taille critique
  • Recueillir le soutien du Top management et des métiers
  • Participer à la vision de l'entreprise
  • Comprendre les difficultés comportementales rencontrées par les utilisateurs
  • Apporter un soutien aux utilisateurs
  • S'assurer que tout le monde se sent à l'aise et trouve des bénéfices


 
Q2 : Quels sont les pièges à éviter en tant que Community Manager 

  • Penser à bien repartir la charge de travail (il ne peut pas tout faire tout seul)
  • Ne pas se nourrir des intérêts des collaborateurs
  • Équilibrer son temps entre aider à l'adoption des pratiques et développer de nouveaux usages
  • Se centrer que sur des besoins d'utilisateurs spécifiques
  • Penser qu'une fois la comunauté lancée le plus dur est fait
  •  Ne pas prendre le temps de partager les succès
  •  Monopoliser de l'information
  • Ne pas être le centre d'attention
 
 

Q3 :  Un RSE (ou une communauté)  peut il vivre sans animateur ?

2 écoles :

  • Non : 
    • l'animateur doit être proche des gens, il doit animer l'ensemble, pouvoir orienter
    • Les collaborateurs ont un besoin permanent de pouvoir être aidés et re guidés par une personne
  • Oui :
    • Certaines communautés peuvent vivre sans CM. Mais seule avec une certaine maturité des usages
    •  L'objectif d'un animateur est de faire en sorte que la communauté vive sans lui dans le temps



Q4 : Comment mesurer le(s) succès d'un CM ? 
  • Mesurer le taux d'engagement
  • Estimer la valeur des échanges
  • Satisfaction des utilisateurs 
  • Gain pour les métiers
  • Rapidité de diffusion d'une information
  • Problématiques résolues
  • Rapidité des questions résolues

 


Q5 : A qui l'animateur doit il reporter ? 
  • Business leader
  • Responsable des connaissances
  • Responsable du centre d'expertise des usages sociaux et collaboratifs
  • Responsable de l'expérience employé
  • Toute personne à qui il doit montrer de la valeur


Chacun des points pourraient bien entendues être développés, mais c'est un #chat ;-)


Merci aux divers participants :
@noahsparks

@rainerbartl 
 

@sharonlinapearc

et aux animateurs :
@jhonig1
@srjf 


Si vous voulez des détails sur un thème particulier, commenter et / ou compléter, n'hésitez pas dans les commentaires...


#esnchat Community Manager in ESN for 2018




On Thursday evening the #esnchat discuess about Community Managers with the main topic was what is the role in 2018

Without waiting, here are some questions and  main returns from participants.




 
  • Create an open space where people want to come
  • Find information
  • To be the heart and soul of his community.
  • Gather people according to their interest and complementarity
  • Make the community live even without it
  • Build a community of critical size
  • Collect top management support
  • Participate in the company's vision
  • Understand the behavioral difficulties faced by users
  • Provide support to users
  • Make sure everyone feels comfortable and finds benefits




  •   Balancing time between helping adopt practices and developing new uses
  •   Be Focused only on specific user needs
  •   Thinking that once the community launched the hardest is done
  •   Do not take the time to share success
  •   Monopolize information
  •   Do not be the center of attention
 
 

2 approaches:

  •    No :
    • the animator must be close to the people, he must animate the whole, be able to orient 
    • Employees have a permanent need to be helped and guided by a person
  •     Yes :
    • Some communities can live without CM. But only with a certain maturity of uses
    • The goal of a facilitator is to ensure that the community lives without it in time
 
  
  
  • Measure the engagement rate
  • Estimate the value of trade
  • Users satisfaction
  • Gain for trades
  • Speed ​​of dissemination of information
  • Resolved issues
  • Speed ​​of questions resolved
 




  • Business leader
  • Knowledge Manager
  • Head of the center of expertise of social and collaborative uses
  • Responsible for the employee experience
  • Anyone who wants to know the value to be engaged



You can find all tweets with #esnchat



Thanks to all participants:
@noahsparks

@rainerbartl 
 

@sharonlinapearc

and CM: 
@jhonig1
@srjf

Don't hesitate to comment and complete it